VELUX : une expérimentation prometteuse sur la qualité de l’air intérieur dans les établissements scolaires

0
573
Ecole de Macey-Les-Grèves ©Velux
Ecole de Macey-Les-Grèves ©Velux

Une expérimentation prometteuse réalisée dans une école rurale normande pourrait inspirer d’autres communes de France

Il y a quelques semaines, plus de 6 millions d’élèves retrouveront le chemin de l’école.
Ces écoliers vont passer 90% de leur temps dans des lieux clos, dont 6h/jour en
moyenne dans leur salle de classe. En France, la qualité de l’air des établissements
scolaires est une préoccupation majeure des pouvoirs publics. C’est pourquoi la loi
du 12 juillet 2010, portant engagement national pour l’environnement, a rendu
obligatoire la surveillance de la qualité de l’air intérieur pour les établissements
recevant des enfants et le décret du 17 août 2015 a fixé l’obligation de mettre en
place, avant le 1er janvier 2018, les mesures adéquates.

En anticipation de cette réglementation, la société VELUX France, acteur engagé de
longue date dans le domaine des bâtiments durables, a mis en place au printemps
2016 une expérience originale : un programme de suivi de la qualité de l’air intérieur
d’une école de la Manche, en partenariat pluridisciplinaire avec la Mairie de la
commune, le cabinet MEDIECO Conseil & Formation, spécialiste des thématiques de
santé dans le bâtiment, et le cabinet CompoSite Architectes.

Les résultats de ces mesures ont permis de mettre en avant des solutions innovantes
qui peuvent servir de source d’inspiration pour d’autres communes, dans le cadre de
leurs projets de construction ou de rénovation de bâtiments scolaires.

Une démarche volontaire d’amélioration du cadre de vie scolaire

En 2015, la Mairie de Marcey-les-Grèves a réalisé des travaux d’extension au sein de son école maternelle et primaire. Le cabinet CompoSite a imaginé un concept architectural avec entrée de lumière zénithale permettant d’offrir une source de lumière diffuse et une meilleure
circulation de l’air, avec l’installation de fenêtres de toit VELUX. Suite à ces travaux, VELUX
France a pris contact avec le maire de la commune pour lui proposer la mise en place d’un
projet d’analyse de la qualité de l’air au sein de l’école.
Cette démarche répondait à un double objectif :

  • Pour VELUX : démontrer les bénéfices de la ventilation naturelle en complément de la
    ventilation mécanique, dans un esprit de retour d’expérience scientifique sur ses
    nouvelles fenêtres de toit à ouverture motorisée et programmable mises en situation
    dans une école ;
  • Pour la commune : anticiper les dispositions du décret du 17 août 2015 qui oblige les
    collectivités et municipalités à évaluer les moyens d’aération et de ventilation des
    établissements scolaires et à remplir un programme d’actions de prévention.

Un expert de la santé pour piloter le programme d’évaluation de la qualité de l’air dans l’école

VELUX a souhaité faire appel à l’expertise du Docteur Suzanne Déoux du cabinet MEDIECO
Conseil & Formation, société d’écologie médicale pionnière en matière de santé
environnementale, pour piloter le programme et obtenir une analyse en toute fiabilité et
neutralité.

« Dans les établissements recevant du public, la réticence à aérer les bâtiments vient souvent
de la crainte de refroidir les pièces, et de causer un inconfort auprès des personnes présentes
– a fortiori quand il s’agit d’enfants. Or, en ouvrant les fenêtres seulement 10 minutes le
matin, on baisse certes légèrement la température de la pièce, mais on retrouve le confort
initial en très peu de temps. En revanche, cette ouverture permet de baisser les concentrations en composés organiques volatils qui se sont accumulés au cours de la nuit.

Dès lors qu’elle est maîtrisée, la ventilation naturelle permet une meilleure qualité de l’air et une diminution des polluants, pour une influence positive sur la santé et les performances scolaires des élèves » explique le Dr Suzanne Déoux, MEDIECO Conseil & Formation.

L’expérience de Marcey-les-Grèves, une source  d’inspiration pour d’autres bâtiments scolaires en France

Le groupe scolaire de Marcey est l’une des écoles pionnières de la Manche à anticiper le décret, avec à la clé des résultats prometteurs.

©Velux
©Velux

« Ce projet s’est fait en étroite collaboration avec la municipalité et le directeur de l’école. Aujourd’hui, je me félicite d’avoir participé à cette expérimentation, qui montre les excellents
résultats de notre bâtiment en matière de qualité de l’air intérieur. Nous avons tous œuvré
ensemble pour un projet d’intérêt général. Peu de maires sont informés de toutes ces
nouvelles démarches et réglementations, ils sont par conséquent peu nombreux à aller au-devant des obligations à venir. Grâce à cette coopération, nous avons d’une part anticipé
l’échéance de 2018, mais également pris conscience de l’importance de la qualité de l’air dans
les écoles » commente André Masselin, Maire de Marcey-les-Grèves.

Ecole de Macey-Les-Grèves ©Velux
©Velux

« La démarche mise en place à Marcey-les-Grèves est synonyme d’intérêt général : en
associant les acteurs du public et du privé à un projet commun, nous avons eu une approche
pédagogique sur l’importance de la qualité de l’air dans les écoles, mais également
scientifique, en consolidant les connaissances sur ce sujet. Le secteur de la construction a un
vrai rôle à jouer dans l’enjeu d’amélioration de la qualité de l’air des bâtiments. Nous nous
efforçons d’y contribuer en favorisant les innovations qui lient performance énergétique,
confort de vie et santé des occupants des bâtiments. Le cas de l’école de Marcey en est une
application exemplaire, qui pourra servir d’inspiration pour d’autres bâtiments scolaires en
France », conclut Catherine Juillard, Directrice Bâtiments Durables et Relations
Institutionnelles de VELUX France.

LAISSER UN COMMENTAIRE