Collage du verre : des techniques maîtrisées

0
256
dosverre1-217.jpg

dosverre1-217.jpgAujourd’hui le collage est réalisé avec des procédés bien maîtrisés. Cependant, de nouvelles techniques et applications sont encore mises au point. Parmi les dernières évolutions, la plus remarquée est sans doute le collage châssis-verre des menuiseries.

Dans le domaine du verre, le collage est devenu une techniques d’assemblage qui offre beaucoup de potentialité.« Un bon façonnage du verre est important car meilleur il est, meilleure est l’adhérence », explique Jean-Marc Depuntis, responsable marché Chemetall. Un des procédés est la technique de collage aux UV. « Développées à la base pour l’industrie électronique, les colles UV sont aptes à coller différents matériaux de façon stable et durable. Elles ont une base acrylique », indique Jean-marc Auger, directeur France pour Bohle. Elles servent aux collages du verre avec différents matériaux (fer, métal, bois, plastiques…). Cette technologie se distingue par sa transparence et donc le fait que le collage soit invisible, et ce dans un temps de production très rapide. C’est en 1985 que les premières colles à ultraviolet ont fait leur apparition sur le marché.

Collage UV, les précautions à prendre 

Arne Hermann, directeur commercial de la société Adler, nous donne ces précisions : "La qualité d’un collage UV tient à différents paramètres. Ainsi, le façonage du verre est fondamental. Pour un collage chant sur chant, le chant doit être impeccable pour obtenir une adhérence optimale. En outre, la préparation du support est une étape tout aussi indispensable. Il faut dégraisser le verre avec un nettoyant avant le collage. L’environnement joue aussi un rôle. l’atelier doit être exempt de poussière et d’humidité. De plus, la colle utilisée doit être de qualité et adaptée. Elle ne doit pas dépasser la date de péremption et être stockée dans de bonnes conditions. par exemple, le gel rend inutilisable la colle UV. Enfin, le temps d’insolation sous la lampe UV doit être respectée".

UV, collage transparent

« Le procédé est simple. Une quantité très fine de colle est déposée entre deux morceaux. Les composants de la colle réagissent à la lumière UV », explique Jean-marc Depuntis. Autrement dit, la colle UV est une colle qui polymérise sous l’action de l’ultraviolet. Différents paramètres rentrent dans la composition de la colle : ils dépendent de sa dureté, de son élongation, de son coefficient de rétractation, de sa résistance à l’humidité ou encore de sa viscosité. En plus de ces applications, elles sont également employées dans le verre de décoration, le verre optique et le verre électronique. « Partout où une haute adhésion et un collage optique transparent sont nécessaires, les colles UV sont une bonne solution », précise René Rué, directeur chez Dymax. Mais rares sont encore les applications dans les bâtiments. Une des autres techniques est l’utilisation de colles polyuréthane. « Produits réagissant avec l’humidité contenue dans l’air pour former des élastomères, nos polyuréthannes monocomposants sont dans leur grande majorité des produits thixotropes. Ils sont appliqués en cordons à l’aide de pistolets ou de matériels de pompages spécifiques », présente le fabricant de colle Sika. Les domaines d’applications sont le collage (notamment de vitrages) dans l’industrie automobile et navale et le collage structural de vitrages dans les menuiseries. « Le succès des polyuréthannes monocomposants est lié à une combinaison de propriétés uniques : souplesse, élasticité permanente, performances mécaniques élevées et large plage d’adhésion. Ils permettent de réaliser collage et étanchéité en une seule opération », explique Sika. Le fabricant a aussi développé la technologie polymère hybride. Le domaine d’application est entre autres le collage des vitrages. « Les chaînes principales des prépolymères hybrides Sika sont des polyuréthannes. L’objectif principal de cette technologie est d’améliorer l’adhésion sur certains supports en choisissant comme terminaisons des molécules ayant de meilleures affinités avec les supports à coller », explique le fabricant.

VEC et silicone

Cependant, d’autres colles sont utilisées pour les produits verriers en façade de bâtiment ou en fenêtres. Ainsi, les colles silicones ont été développées pour répondre aux exigences particulièrement sévères des applications en façade de verre extérieur collé (VEC). « La technique du verre extérieur collé (VEC) consiste en l’assemblage par collage structural de vitrages sur des châssis sur l’ossature primaire du bâtiment (sur chantier). Le collage transmet aux éléments d’ossature les charges climatiques et éventuellement le poids des vitrages. Le vitrage extérieur collé est une application de haute performance à base de silicone mono ou bi-composant car ils résistent le mieux aux UV », explique Claude Nennig, responsable Vitrage Isolant Tremco. Mais tous les mastics silicones ne conviennent pas. « En effet, seuls les mastics silicones spécifiquement développés et testés pour des applications de vitrage extérieur collé doivent être utilisés », précise Claude Nennig. 

dosverre2-217.jpg

Une application UV : l’église Saint-François de Molitor 

Il aura fallu 14 ans pour que l’église Saint-François (d’Assises) de Molitor voit le jour. Il s’agit de la sixième église construite à Paris (XVIè) en moins de dix ans. Sa particularité est l’association verre marbre blanc en façade. Le marbre blanc est collé sur le verre. "De fines lames de marbres ont été collées au verre avec la technique des UV", explique Jean-marc Depuntis, responsable marché Chemetall. Aussi, ce bâtiment  a du faire l’objet d’un Atex. L’église Saint-François de Molitor est l’oeuvre de Corinne Caliies et Jean-Marie Duthilleul, architectes.

 

 

Lire la suite 

LAISSER UN COMMENTAIRE