Cinq questions sur l’accessibilité

0
514
Profialis Horizon, coulissant PVC : large gamme de dormants pour neuf et rénovation, seuil PMR sans encastrement ©Profialis
Profialis Horizon, coulissant PVC : large gamme de dormants pour neuf et rénovation, seuil PMR sans encastrement ©Profialis

Certes, les restrictions budgétaires freinent les investissements, mais les contraintes réglementaires ayant des effets bénéfiques, l’usage des produits destinés aux PMR se développent, pas assez vite cependant.
   

Quelle place pour les équipements PMR sur les chantiers ?

Les industriels répondent aux normes, mais sur les chantiers, la réalité économique guide les choix finaux. « Ainsi », observe Stéphane Briot, Chef des ventes France de Mantion, « il arrive fréquemment que sur les gros chantiers, les rez-de-chaussée soient effectivement adaptés aux PMR, mais pas les étages pour des raisonsde coûts ».

Mantion propose des produits favorisant l’accessibilité (motorisation, système d’aide à la fermeture des portes, porte pliante battante plus facile à manoeuvrer, etc.) mais la concrétisation est aléatoire. La demande en produits PMR provient des Ehpad. Néanmoins, certains produits s’imposent : « les seuils des fenêtres à frappe sont majoritairement PMR », constate Olivier Simonin, Chef de produit K•Line. Chez Profine, Yann de Bénazé, PDG, l’affirme : « nous ne vendons plus que des seuils PMR sous Avis Technique ». En trois ans, la progression des ventes des seuils PMR atteint 27 %.

Or, fait remarquer Yann de Bénazé, « la progression des ventes de fenêtres en est loin ! ». Il en retire deux enseignements : « d’une part, certains clients persistent à acheter des seuils non PMR, mais d’autre part, le retard est en train de se combler, tordant le cou aux réticences liées au surcoût » . De son côté, Yann Marchand, Adjoint de direction Socredis, se félicite : « nos clients récupèrent des chantiers grâce à notre offre de seuil PMR PVC breveté sous Avis Technique ». Le gammiste présente le même type de seuil pour les frappes à ouvrant caché Luxline (doté d’un capot PVC assurant l’étanchéité) et attend son Avis Technique ce début d’année 2017.

Quelle est la profondeur d’offre des gammistes ?

Chez un gammiste, « l’accessibilité consiste à respecter toutes les normes PMR (seuils) et les obligations liées à la manoeuvre confortable des menuiseries (effort de mise en translation pour un coulissant ou effort à la poignée pour une menuiserie à frappe) », explique Sylvain Gaudard, Responsable communication de Profialis. « L’ensemble de l’offre est calé, les seuils PMR à rupture de pont thermique sont au point pour garantir des performances équivalentes à celles des menuiseries traditionnelles », répond Aymeric Reinert, Directeur général adjoint de Profils Systèmes.

Chez Kawneer aussi, « le sujet est désormais bien ancré dans les programmes de développement de produit », affirme Bertrand Lafaye, Responsable marketing communication Sud Europe de Kawneer. Seuil plat étanche de 20 mm, coulissant d’angle sans poteau, ergonomie favorisant la prise en main des ouvrants, etc. les progrès réalisés sont réels. profine, par exemple, propose quatre dimensions de seuils. Le dernier en date – 125,5 mm – offrant une meilleure reprise d’étanchéité.

Quelles sont les pistes R&D ?

Les gammistes travaillent les différents composants et l’ensemble du système. « L’enjeu étant de respecter à la fois les obligations liées aux normes et de garantir des performances optimales, tout en prenant également en compte le confort d’assemblage et la facilité de pose. Par exemple, la compression des joints d’un coulissant dégrade le confort de mise en translation, mais favorise l’étanchéité », indique Sylvain Gaudard. À chacun d’apporter ses solutions et d’améliorer ses performances, tout en arbitrant entre les différents objectifs.

Comment améliorer la performance des seuils dédiés aux coulissants ?

Si les seuils de 20 mm répondent aux exigences de l’accessibilité, se pose pour les coulissants, la question de l’étanchéité à l’eau. « Nous proposons un profil d’aménagement extérieur », déclare Olivier Simonin. Pour Sylvain Gaudard, « la mise en oeuvre est primordiale, le seuil sans encastrement est prévu pour être posé sur un sol fini, la maçonnerie doit être impeccable ».

Le gammiste n’exclut d’ailleurs pas de proposer un jour un seuil avec encastrement. Oknoplast préfère opter pour un autre positionnement : « nous prônons une anticipation et un travail en commun avec l’architecte, nous proposons notamment des seuils encastrés avec des solutions de rigoles extérieures et une grille », affirme Grégoire Cauvin, Président d’Oknoplast France. Pour lui, « la réflexion sur l’accessibilité doit être globale, répondre aux besoins et pas seulement aux normes ».

En quoi la motorisation et, au-delà la domotique, représentent des solutions pour faciliter l’accessibilité ?

« Nous envisageons la maison de demain sous l’angle de l’accessibilité, car le maintien à domicile et le confort dans les établissements médicaux vont devenir la préoccupation numéro un des particuliers », déclare Christophe Coutand, Directeur national des ventes habitat chez Hörmann. D’où la solution PortaMatic pour motoriser les portes intérieures à un tarif compétitif et démocratiser l’accessibilité. La même philosophie a conduit Hörmann à préparer le système ECturn permettant d’ouvrir automatiquement les portes d’entrée et les portes de garage sans effort.

Chez FenêtréA, Dominique Lamballe, Président, évoque lui aussi « les solutions connectées et les serrures robotisées » pour répondre à la question. « Nous savons intégrer les systèmes de serrures électriques » , résume Marie-Odile Durand, Directrice de la communication de Malerba, ce qui facilite l’accès. « À la fin de l’hiver, nous lançons une porte avec ouverture à distance, commandée par le téléphone, mais il s’agit d’une option haut de gamme, encore très onéreuse », indique Olivier Simonin.

Les trois marques de Cetih (Bel’M, Swao et Zilten) proposent des portes d’entrée motorisées avec la génération en aluminium 80 mm d’épaisseur. « Le système est intégré dans la porte, qui est en outre systématiquement équipée d’une fonction antipanique », précise Éric Chalençon, Directeur commercial du groupe. Trois systèmes de commande sont possibles : un transbordeur qui permet de déverrouiller la porte grâce à un simple contact, une télécommande ou une borne digitale.

« La grande nouveauté est le retour d’information sur Smartphone qui rend ce genre de dispositif réellement pertinent », ajoute Éric Chalençon. Chez Delta Dore, Olivier Bellanger, Directeur du pôle « maison connectée », évoque « un projet de serrure connectée avec Bel’M… » Le sujet avance.

LAISSER UN COMMENTAIRE