Des atouts de Roy

0
139
Le site de Roy s’étend sur 12 800 m² à Saint-Piat, à proximité de Maintenon (28) ©Roy
Le site de Roy s’étend sur 12 800 m² à Saint-Piat, à proximité de Maintenon (28) ©Roy

Concepteur et fabricant de portails acier et aluminium, Roy défend un savoir-faire depuis 80 ans, façonnant une expertise et des produits au fil de l’évolution de son marché.Depuis l’entrée de Frénéhard et Michaux dans son capital, l’entreprise entame une nouvelle phase de développement, et fait valoir sa créativité en tant que décorateur d’aménagements extérieurs.

Dans le verdoyant environnement de Maintenon et son fameux château éponyme, le site de 12 800 m² de Saint-Piat abrite un acteur historique dans le monde du portail, des clôtures, des garde-corps et des marquises.

Créée à l’origine en 1936 par Louis Roy à Belleville, sa rencontre avec Martial Lapeyre bouleverse le destin de la société, qui fournit alors ses premiers modèles de marquises et son portail Modèle A (encore fabriqués aujourd’hui) distribués alors par Lapeyre.

Vingt ans plus tard, face à sa progression, l’usine s’agrandit, quitte Paris pour s’installer à Saint-Piat et s’industrialise. « C’est la période du fordisme semi-industriel », rappelle Jérôme Foucault, directeur général de Roy depuis 2015.

«Après une longue histoire fusionnelle avec Lapeyre, nous souhaitons aujourd’hui indépendamment augmenter et renforcer la part de nos autres clients (installateurs, distributeurs, négoces…) ».

Des choix toujours clairement assumés et qui démarquent l’évolution de l’entreprise. En 1982, Georges Roussel, le gendre de Louis Roy, parie sur l’amélioration et l’investissement d’une chaîne de laquage. Soit 19 millions de francs pour un chiffre d’affaires de 50 millions de francs ; une gageure à l’époque. Puis c’est la galvanisation des portails dix ans plus tard, et l’intégration d’un ERP.

Joffrey Roussel, qui remplace son père à la présidence en 2000, commence à diversifier le portefeuille client et crée la marque « Roy, le décorateur de vos extérieurs » ; une collection haut de gamme et une stratégie renforcée avec l’arrivée de Jérôme Foucault, ancien directeur général adjoint de Frénéhard et Michaux, dont le groupe prend 75 % de participation dans la société Roy en 2015.

« 2017 est l’année d’une nouvelle croissance et de réappropriation d’un marché de l’outdoor et de l’aménagement extérieur, avec la signature design de notre gamme Eria, des produits en acier tressé », annonce Jérôme Foucault.

« Nous nous différencions par des produits très valorisants et très performants dès leur entrée de gamme et mobilisons notre bureau d’études à la recherche de nouvelles solutions techniques et d’optimisation dans nos ateliers ; nous sommes les seuls, notamment, à proposer des poteaux avec profils arrondis, permettant de gérer tous les angles de 0 à 90°… et nécessitant un usinage plus complexe ».

La relation client: une place de Roy

Proactif sur les outils, Jérôme Foucault, qui entend donner un nouveau souffle aux atouts du
fabricant et s’appuyer sur les synergies du groupe – comme le pôle traitements de surface –
mobilise toutes les ressources et la réussite dans une démarche de lean management et
une vision sociétale faisant confiance au talent.

Avec ses équipes, le dirigeant engage les défis et déploie une nouvelle sphère commerciale et marketing, où depuis un an et demi,  Mathilde Chevallier, chargée de communication, œuvre à la réalisation d’outils et à la création d’un dispositif de proximité destiné aux distributeurs et installateurs jusqu’au client final.

« Nous avons récemment restructuré et modernisé notre site Internet et comptons étoffer notre boutique en ligne de pièces détachées et accessoires », indique Mathilde Chevallier, qui édite également son deuxième catalogue produits.

« Notre mission principale est d’offrir un maximum de services et d’enrichir la relation client par l’information et la création de supports techniques pointus. La création de tutoriels vidéos, de fiches techniques et notices de montage très détaillées et pédagogiques, ou encore, d’un produit innovant comme le concept  » 30 minutes » (portail prêt-àposer), véritable argument de vente, participent à notre volonté de répondre aux besoins réels sur le terrain et de faciliter le travail des installateurs ».

Pour Roy, gérer un contenu autant didactique que ludique, faire du service après-vente une de ses priorités, c’est aussi mettre en œuvre une vraie politique de formation, avec cette année une dizaine de sessions à destination de ses clients vendeurs, commerciaux, installateurs et techniciens. Et prévoit déjà le double en 2018. « Les métiers changent, les produits bougent et nous nous devons d’interagir avec nos clients et partenaires par la valorisation de notre expertise », relève Jérôme Foucault.

Affaire entendue pour les 95 salariés de Roy qui s’impliquent dans un même mouvement et où les pôles R&D, méthode et production, planification et approvisionnement veillent à honorer les délais, l’unité technicocommerciale à accompagner les clients et à suivre les interventions techniques après commande, etc.

« Nous construisons et capitalisons ensemble sur l’avenir, car ce sont les opportunités et les besoins des clients qui nous font évoluer, mais aussi la productivité bienveillante au sein de notre usine », souligne le dirigeant.

Dans cette ouverture donnée à l’écoute et à la sécurité, Roy s’est engagée dans la prévention et l’accompagnement des comportements addictifs en entreprise. Une réflexion qui a débuté en 2014 par l’organisation de journées de prévention et de sensibilisation avec l’appui  d’organismes.

Parallèlement, la présence d’une assistante sociale pour accompagner les problématiques professionnelles ou personnelles, définit la pleine responsabilité sociétale de Roy, au même titre que son fort engagement environnemental.

Innovation et performance

Préservation de son milieu naturel, tri sélectif des déchets (DIS, DIB, DEEE)… en 2013,
Roy a permis la valorisation de 317 tonnes de DIB (Déchets Industriels Banals), soit 212
tonnes d’aluminium, 73 tonnes d’acier, 25 tonnes de carton, 6 tonnes de plastique et 1 tonne d’inox.

De plus, l’aluminium utilisé provient d’aluminium recyclé. Quant à l’acier, une partie de son approvisionnement est issue de la refonte de ferraille. Et en 10 ans, l’entreprise a fortement diminué ses rejets atmosphériques en Composés Organiques Volatiles (COV), en passant de 2 tonnes à 150 kg.

Dans les unités de production, le travail important sur la sécurité vise zéro accident et « chacun contribue à l’amélioration en trouvant lui même les solutions », relève Jérôme Foucault. La polycompétence (soudure ou préparation sur les bancs d’usinage, à la fois acier et aluminium, etc.) s’inscrit dans la réactivité et répond avec efficacité aux exigences.

Atelier de maintenance autonome, création de ses propres gabarits, pôle soudure spécifique
pour l’acier galvanisé, réclamant ici une grande maîtrise de l’exercice, ou encore l’usinage de l’aluminium soudé et vissé lors de l’assemblage… chaque étape convoque une expertise spécifique.

Ici, on n’hésite pas à tresser la tôle, à dévier les lignes pour créer un design unique et répondre à un concours d’idées interne. Acier ou aluminium, à part égale, ils offrent matière à un choix esthétique affirmé et à un produit durable et performant.

Lié à la saisonnalité, Roy poursuit une diversification vers la prescription pour séduire les
paysagistes et décorateurs extérieurs avec ses clôtures, claustra, bordures de jardins
potagers… et participera à la « Journée des collections jardins » à Marseille du 4 au 6 avril prochain et à « Paysalia » à Lyon en décembre. Associés à ses portails et produits déclinés
habiller l’extérieur n’a jamais été autant source de créativité et de passerelles inventives.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE