4 clés pour choisir un centre d’usinage pour le verre

0
455
Avec Pratica Plus, Bottero propose 2 gammes avec 2 dimensions de plateau en standard (2,50 m x 1,30 m et 3,30 m x 1,60 m) avec possibilité de rajouter des modules pour livrer des machines sur mesure. ©Bottero

Avec les commandes numériques, il est plus facile de piloter un centre d’usinage. Sur le marché, en standard, les fabricants proposent des 3 axes, et pour les façonnages spécifiques des 4 axes.

Plusieurs acteurs se disputent le marché des centres d’usinage dédiés au verre. Les utilisateurs renouvellent leur matériel tous les dix ans environ. Voici, parmi les critères de choix, les quatre éléments déterminants.

Les dimensions des verre à façonner

Selon les projets menés par l’utilisateur du centre d’usinage, le type de verre travaillé et les dimensions, la taille de la machine diffère. « Nous dimensionnons l’outil en fonction des besoins de notre client » résume Pascal Royannais, Responsable des ventes Intermac Biesse France. Par exemple, Biesse a installé en Espagne un centre de 18 m de long pour la réalisation de verres float de façade (2 x 9 m).

Centre d'usinage Master 45 Intermac du Groupe Biesse.
Centre d’usinage Master 45 Intermac du Groupe Biesse.

Une prouesse… qui reste exceptionnelle. En revanche, la tendance est aux vitrages XXL. Denver propose plusieurs machines : Krea, le centre d’usinage compact à 3 axes permet de forer, meuler et polir les pièces jusqu’à une taille maximum de 2 100 x 1 100 mm avec un moteur de 9,2 kW de puissance, un chargeur d’outil automatique avec 14 positions et un logiciel multi fonction. Altitude Verre 3350, avec 3 ou 4 axes, traite les dimensions supérieures (jusqu’à 3 250 x 1 550 mm).

Vertigo : nouveau centre d’usinage vertical Denver. ©Denver
Vertigo : nouveau centre d’usinage vertical Denver. ©Denver

De son côté, Bottero a réorganisé son offre avec Pratica Plus qui englobe les deux anciennes gammes (Core et Pratica) et propose une seule machine modulable, 3 ou 4 axes, avec des tailles de tables évolutives. « Si pour des projets architecturaux, un client a besoin de plateaux jusqu’à 6 m, nous ajoutons des modules » commente Damien Lafont, Responsable commercial France.

Quota : la nouvelle série comprend deux tailles de plan de travail qui permettent de travailler les plaques 3 250 x 1 550 mm et 4 100 x 2 350 mm. ©Denver
Quota : la nouvelle série comprend deux tailles de plan de travail qui permettent de travailler les plaques 3 250 x 1 550 mm et 4 100 x 2 350 mm. ©Denver

La nature du façonnage

Le choix dépend des tâches à accomplir. « Bottero a abandonné le 5 axes car il représentait moins de 5 % des ventes » glisse Damien Lafont. Le façonnage de biseau ou le filet de Versailles nécessite par exemple un quatre axes, alors que pour des tâches standard, trois axes suffisent. « Les outils se déclinent selon les besoins, pour nous il ne s’agit pas de centres plus ou moins haut de gamme, les moteurs sont les mêmes, la plateforme est identique, seul le nombre d’axes diffère » explique Pascal Royannais.

NRG 250, centre d’usinage trois axes compact pour le travail à haute vitesse d’épaisseurs faibles et moyennes, idéal dans le travail de verre destiné aux secteurs de l’ameublement. ©Bavelloni
NRG 250, centre d’usinage trois axes compact pour le travail à haute vitesse d’épaisseurs faibles et moyennes, idéal dans le travail de verre destiné aux secteurs de l’ameublement. ©Bavelloni

Les centres d’usinage Bavelloni sont également disponibles dans différents modèles avec des solutions personnalisables (3 -4 axes) sur la base des spécifications requises par le client. « Simple à utiliser, ils répondent aux différentes exigences de chaque secteur d’application, tels que l’ameublement, les constructions, l’électroménager et l’automobile » confirme le Porte-parole de la marque. Les machines NRG330 Power Jet, par exemple, permettent de réaliser n’importe quel type d’usinage : profilage, fraisage, perçage, écriture, gravures polies, coupe au disque, biseau. Alpa 450-4 N garantit la productivité dans le façonnage des grands volumes (4 500 x 2 500 mm).

Aujourd’hui, le verrier moderne est confronté à des défis différents et de plus en plus complexes, c’est pourquoi Denver innove avec Vertigo et offre un service à 360°. Vertigo, le nouveau centre d’usinage vertical universel de Denver réunit de nombreux atouts : « la qualité de finition d’une déligneuse droite, la précision, la polyvalence d’un centre d’usinage CNC, etc. » indique Sarah Taddei, Directrice marketing et communication de Denver.

L’organisation de l’industriel

Outre la notoriété de la marque et sa fiabilité, le service proposé peut faire la différence. Hotline, présence de techniciens sur le terrain, maillage territorial des interventions, tout doit être étudié. Certes, remarque Damien Lafont, « les dernières générations de machines n’ont guère besoin de maintenance si elles sont bien entretenues et notamment nettoyées au quotidien ».

Les capacités d’innovation de l’industriel sont également intéressantes à observer, car elles témoignent de son dynamisme et de sa propension à proposer des solutions. Biesse se positionne comme une société innovante. « Ainsi », argumente Pascal Royannais, « Intermac Biesse a mis au point le système Helix pour réaliser des petits perçages avec des centres d’usinage 3 axes ».

Les utilisateurs n’ont qu’à équiper leur machine de l’outil Helix et lancer le logiciel dédié ! Autre argument, l’étendue des activités du fabricant. « Biesse a racheté la société Diamut, qui fabrique les outils diamantés, qui ne peut pas se défausser en cas de problème sur les outils » ajoute Pascal Royannais.

NRG330, une gamme flexible et fiable. ©Bavelloni
NRG330, une gamme flexible et fiable. ©Bavelloni

Au contraire, les deux partenaires faisant partie du même groupe, le fournisseur commercialise une solution complète. Chez Bavelloni, les centres d’usinage peuvent être équipés du système breveté PAV pour le positionnement automatique des ventouses et des dispositifs de centrage sur le plan de travail. « L’opération est alors exécutée avec grande facilité, précision, économie de temps et sans fatigue pour l’opérateur » ajoute le Porte-parole de la marque.

Le prix et le second marché

Selon le budget disponible, le tarif peut faire la différence. Aujourd’hui, les prix des centres d’usinage neufs oscillent de 80 000 € (pour un 3 axes) à 300 000 €, voire 500 000 € pour une machine conçue sur-mesure et dédiée à des fabrications exceptionnelles. Un second marché existe, celui de l’occasion, où il est possible de revendre les machines (20 000 ou 30 000 € pour un 3 axes). Les entreprises peuvent ainsi, non seulement rentabiliser leurs acquisitions durant la durée de l’amortissement, mais également revendre leur outil au moment de son renouvellement.

LAISSER UN COMMENTAIRE